Nous publions ici quelques propositions encore en débat pour l’élaboration de notre programme électoral. Elles sont liées aux principaux sujets d’intérêt ou de préoccupation de nos compatriotes établis aux Pays-Bas (éducation des enfants, activités culturelles, accès aux informations utiles et démarches administratives, fiscalité, retraites, famille et successions internationales, etc.). Elles ont été élaborées progressivement avec l’expérience de nos élus, les retours des membres de l’Association Français des Pays-Bas, et plus largement par les consultations et contacts avec l’ensemble de nos compatriotes ces dernières années. Cette liste n’est pas exhaustive, merci de nous aider en nous donnant votre avis sur un de ces points ou en nous en proposant d’autres.

Informer de façon utile et pratique

Il est difficile d’etre objectif, nous essayons d’etre le plus représentatif possible dans nos choix.
C’est de loin le premiers besoins de nos compatriotes à l’étranger.
– Faciliter l’accès à l’information : en général l’information que nous recherchons existe déjà, mais elle est parfois difficile à trouver rapidement. Certes, beaucoup a été fait ces dernières années et de nombreux forums permettent de mutualisme les connaissances. La vraie difficulté est de pouvoir rapidement l’information fiable ce qu’on cherche. Il faut donc unifier l’accès.
– Proposer aux acteurs qui publient de l’information de mieux coopérer et d’améliorer l’accessibilité de l’information

Education des enfants / programme français / programme pour les binationaux

– Enseignement français : créer un groupe de travail pour travailler à des solutions pour réduire les frais de scolarité dessina les écoles françaises d’Amsterdam et La Haye / Améliorer l’information sur le programme des bourses scolaires / Aider à trouver une solution de long terme pour un collège français à Amsterdam
– Familles binationales en dehors de grandes villes : faire mieux connaitre et promouvoir le programme FLAM pour les enfants (soutien en français en dehors de leur scolarité néerlandaise)

Dynamiser la politique culturelle de la France aux Pays-Bas

La France a une richesse culturelle exceptionnelle à partager en dehors de ses frontières. Notre « exception culturelle » est une chance que nous devons valoriser. Or, la politique culturelle de la France n’est ni claire ni transparente. Ce qui n’est pas normal. Depuis la création des conseils consulaires en 2014, aucun n’a été consacré à la culture française. Aux Pays-Bas, nous avons beaucoup d’artistes. On ne fait pas assez appel à eux, ce qui est regrettable car nous nous privons non seulement de leurs talents, mais aussi des meilleurs ambassadeurs de notre culture auprès de leurs réseaux respectifs.
– Demander plus de transparence sur les politiques culturelles mises en oeuvre
– Faire un « état des lieux » avec l’ensemble des opérateurs
– Participer à l’élaboration de la politique culturelle française aux Pays-Bas
– Rééquilibrer le soutien au réseau des 34 alliances françaises
– Solliciter plus souvents les artistes et talents locaux de notre commuante au lieu de les faire venir de France
– Démocratiser l’accès à la culture française qui ne doit pas etre réservée à une élite
– Rendre le contenu culturel disponible en France (émission, matériel pédagiques) plus accessible en-ligne depuis l’étranger (demander la suppression des blocages)

Demander plus de transparence et d’efficacité de la part des administrations françaises

En 2021, le pouvoir ne devrait plus se concevoir sans contre-pouvoir. La transparence et le contrôle en sont des éléments essentiels de notre démocratie. Malheureusement, l’administration du ministère des affaires étrangères ne fait pas assez dans ce domaine. Les représentants élus des communautés françaises à l’étranger sont souvent confrontés à l’absence d’information et de communication de la part de leur administration. Ou quand ils en reçoivent, on leur dit de ne pas la diffuser pour des raisons de confidentialité. Nous demandons d’une manière générale une plus grande transparence de l’administration française sur les activités qui concernent directement nos compatriotes. Ces propositions concernent autant les services de notre ambassade que les administrations françaises en France pour nos démarches (citoyenneté, retraites, fiscalité, formation, chômage, héritage, etc.).
– Rendre plus accessible « France Connect » pour les Français de l’étranger (accès unifié aux administration françaises en ligne)
– Améliorer l’accessibilité aux services publics en rétablissant la possibilité d’utiliser le téléphone – et d’obtenir rapidement le bon interlocuteur – tout en modernisant aussi les procédures en ligne (via email avec une interaction rapide autant que possible)
– Demander plus de transparence sur les politiques menées et qui nous concernent directement
– Encourager la coopération entre les différents services et structures afin d’unir leurs forces et leurs moyens
– Organiser une plus grande participation de nos compatriotes aux enjeux de l’Etat français à l’étranger : mise en place d’une boite à idées, concertations régulières, sondages.
– Apporter une aide et un conseil à ceux qui subissent des excès de pouvoir de l’administration française
– Démocratiser l’accès à la réception du 14 juillet avec un tirage au sort permettre à tous d’y participer.

Clarifier l’information sur les droits aux retraites de base franco-néerlandaises

Pour certains, notamment ceux qui sont âgés et isolés, il est parfois difficile de remplir leurs dossiers administratifs.
– Demander aux administrations concernées (consulat, CARSAT Hauts-de-France) de mieux informer nos compatriotes sur leurs droits à l’approche des 62 ans. Notamment de bien expliquer qu’en raison de l’application d’un règlement européen, leur intérêt financer est bien de demander leurs droits à 62 ans et non plus tard, comme le suggère – à tord – certains documents.
– Intervenir pour résoudre les problèmes de communication avec la CARSAT Hauts-de-France (caisse de retraites)

Défendre les intérêts des non-résidents fiscaux (imposition en France sur les revenus du capital)

Depuis 2012, la France impose, en plus de d’une imposition normale et légale, des prélèvements sociaux aux non-résidents fiscaux de l’Union Européenne. Ainsi, beaucoup de Français des Pays-Bas subissent – en général sans le savoir – ces prélèvements qui sont anormaux et surtout illégaux. Ils peuvent en demander le remboursement depuis 2012. Nous avons publié à leur attention un dossier pour les aider.
– Continuer à apporter une aide et des conseils.
– Demander – à nouveau – le remboursement de ces prélèvements de manière automatique sans que les non-résidents aient à le demander.

Aider à mieux comprendre les Pays-Bas

– Proposer des ateliers interculturels
– Partager des informations générales et pratiques

Economie, emploi et commerce extérieur

– Soutenir les principaux acteurs : CCI France Pays-Bas, Business France, Conseillers du commerce extérieur, fondation Avenir emploi, les initiatives French Tech, le réseau des grandes écoles.
– Encourager les synergies entres les différents réseaux
* Solliciter les conseillers du commerce extérieur sur des sujets d’actualité

Valoriser la richesse associative

Nous voulons faire davantage pour mieux faire connaitre toutes les structures qui offrent des services utiles à nos compatriotes et notamment les associations et fondations animées par des bénévoles.
Nous voulons aussi stimuler les coopérations entre les différents acteurs.